Robbie Fulks & Linda Gail Lewis – Wild! Wild! Wild!

Oh que voilà un disque qui respire le gros fun noir! Robbie Fulks, un des meilleurs songwriter américain, qui fait équipe avec la petite soeur de Jerry Lee, Linda Gail dans un mélange irrésistible de rock and roll , country, swing, jazz… nommez le!

Il y a malgré la profusion des styles une grande cohésion dans l’ensemble et tout le long du disque on sent le plaisirs qu’on eu les musiciens lors de l’enregistrement.

Depuis maintenant plus de vingt ans, tout ce qui porte le nom de Robbie Fulks mérite d’être acheté les yeux fermés et ce nouvel opus en est une preuve de plus!.

Curse of Lono – Valentine

Un extrait de leur nouvel album As I Fell qui sort demain

Severed, sorti il y a à peine un an était un des meilleurs disque de l’année

Felix Bechtolsheimer l’auteur compositeur derrière Curse of Lono était auparavant dans Hey Negrita un groupe plus country/ blues qui vaut aussi le détour.

Somewhere in their heads est un court documentaire sur l’enregistrement de As i fell

The Bony King of Nowhere – Like Lovers Do

bony2

La très belle chanson est le deuxième extrait du disque Silent Days dont la sortie est prévue le 21 septembre.

Bram Vanparys (de son vrai nom) qui a retrouvé son « Nowhere » (le disque précédent était paru sous le nom Bony King) est un auteur compositeur flamand spécialiste de la chanson folk/rock mélancolique pour ne pas dire triste.

Son disque éponyme paru en 2012 est sans aucun doute un des meilleurs disque folk des dix dernières années.

 

et voici une excellente session live sans le Nowhere celle là!

Neil Young est une influence certaine, d’ailleurs on peut trouver plusieurs reprises live  sur youtube:

 

Il était venu au Quai des Brumes il y a quelques années pour un concert mémorable, on ne peut que souhaiter son retour avec la sortie du nouveau disque!

Tony Molina – Kill the Lights (Ou l’art de faire court)

Tony Molina est passé maître dans l’art de la chanson courte, un peu comme Guided by Voices savaient si bien le faire. Avec tout juste 15 minutes pour 11 chansons on ne peut certes pas l’accuser d’étirer la sauce!

Son petit nouveau Kill de Light est rempli de parfaites petites vignettes pop ensoleillées qui ne sont pas sans rappeler The Byrds.